Catégorie : 17ème siècle

Donner du fil à retordre

Causer des difficultés à quelqu’un

Cette expression date de 1680 et vient du métier du tissage. A l’époque, on disait : « retordre du fil », ce qui consistait à assembler deux ou trois brins de fil en les torsadant pour constituer un fil épais et résistant. Autant dire que ce n’était pas facile. Cette expression rend hommage aux ouvriers et ouvrières qui se livraient à cet opération délicate. Aujourd’hui, on l’emploie pour toute situation compliquée dont on a du mal à se tirer et qui semble opposer de la résistance, comme un travail complexe ou l’éducation d’un enfant, par exemple.

Couper les cheveux en quatre

Ça veut dire quoi ?

S’intéresser exagérément dans les détails

D’où ça vient ?

Couper un cheveu en quatre n’est-il pas une idée saugrenue, à la fois très délicate et inutile ? C’est bien le sens de cette expression qui évoque un excès de méticulosité. Celle-ci s’emploie au sens figuré pour signifier que l’on perd beaucoup de temps et d’énergie à analyser inutilement des détails sans rapport avec l’essentiel. Au 17ème siècle, l’expression exacte était même « fendre les cheveux en quatre ». Cela laisse penser qu’il s’agissait de couper un cheveu dans le sens de la longueur, ce qui est, avouons-le, encore pire.

Avoir un grain

Ça veut dire quoi ?

Etre un peu fou, être un original

D’où ça vient ?

Avoir un grain… de folie, bien sûr ! Cette expression date de 1640 et fait référence à une unité de mesure utilisée à l’époque par les apothicaires et les bijoutiers pour peser de très petites quantités de matière. Un grain correspondait en effet à 0,049 gramme. Il suffit en général d’un petit grain pour faire dérailler tout un système.

Avoir quelqu’un dans le nez

Ça veut dire quoi ?

Ne pas supporter quelqu’un

D’où ça vient ?

Pas d’explication précise pour cette expression. Tout ce que l’on sait, c’est que les orifices humains (le nez, l’anus…) sont souvent associés à des sentiments négatifs. Peut-être cette expression signifiait-elle, à l’origine, que l’on n’aimait pas l’odeur de quelqu’un ? D’ailleurs, on dit aussi que l’on ne peut pas « sentir » ou « piffer » (pif = nez) quelqu’un.

Voir aussi :

Avoir quelqu’un dans le collimateur 

Dès potron-minet

Ça veut dire quoi ?

Très tôt le matin

D’où ça vient ?

Cette expression a une belle explication alambiquée comme on les aime ! La version ancestrale était « dès potron-jacquet ». Potron, venant de « poistron » qui provient du latin « posterio » signifiant « postérieur », c’est-à-dire « le derrière ». Quant au « jacquet », il s’agit, en langage normand, d’un écureuil. Ainsi « dès potron-jacquet » voulait dire : dès que l’on aperçoit le derrière des écureuils et, comme ceux-ci sont matinaux, cela signifiait très tôt le matin. CQFD. Au fil du temps, l’écureuil a été remplacé par le chat, plus répandu en ville, et le jacquet est devenu minet.

Avoir d’autres chats à fouetter

Ça veut dire quoi ?

Avoir autre chose à faire ou d’autres préoccupations plus importantes

D’où ça vient ?

Le « fouettage de chat » se retrouve dans plusieurs expressions. C’est une notion ancienne au sens incertain mais, selon le linguiste Alain Rey, fouetter serait en réalité une déformation de foutre, au sens de forniquer. Alors, faut-il également interpréter le mot chat comme étant plutôt une chatte, c’est-à-dire un sexe féminin ? Du coup, cette expression pourrait avoir une origine érotique bien plus coquine qu’il n’y parait et vouloir dire, à l’origine, quelque chose comme « avoir d’autres femmes à baiser ». Ce n’est, cependant, qu’une hypothèse.

Voir aussi :

Pas de quoi fouetter un chat

Bon pied bon oeil

Ça veut dire quoi ?

Vif et en bonne santé

D’où ça vient ?

Depuis le 17ème siècle, avoir « bon pied » signifie être stable et alerte tandis qu’avoir « bon oeil » veut dire, tout simplement, que l’on a une bonne vue. Le mélange des deux revient donc à être en pleine forme. On emploie généralement cette expression à propos d’une personne âgée dont on veut souligner la bonne santé malgré son âge.

A propos de bottes

Ça veut dire quoi ?

A propos de rien, hors de propos

D’où ça vient ?

« Tiens, à propos de bottes, je voudrais vous parler de… ». Cette expression permet d’introduire dans la conversation, sans transition, un sujet complètement hors de propos. Selon les historiens, la formule est utilisée depuis, au moins, le 17ème siècle. Mais son origine est mystérieuse. S’agit-il de bottes d’oignons ? De bottes que l’on porte aux pieds ? C’est peut-être une référence aux souliers dont on se soucie peu lorsqu’ils sont usés (d’ailleurs, une autre expression dit : « je ne m’en soucie non plus que de mes vieilles bottes ») et donc bien un équivalent de « rien » .

Voir aussi :

  • Se fâcher à propos de bottes
  • Passer du coq à l’âne

A la bonne franquette

Ça veut dire quoi ?

En toute simplicité

D’où ça vient ?

Au 17ème siècle, en Normandie et Picardie, « franchise » se disait « franchette » ou « franquette ». Cette expression signifie donc « libéré de toute règle », notamment des contraintes liées aux grandes réceptions. L’expression a évolué vers le 18ème siècle, on y a ajouté « bonne » pour appuyer encore le sens. Selon l’historien Claude Duneton, cette expression pourrait se comprendre aussi comme le contraire de « à la française » qui, au 16ème siècle, signifiait « luxueusement ». Dans tous les cas, recevoir des amis « à la bonne franquette » veut donc dire qu’on les invite à manger en privilégiant la convivialité sur le luxe et la qualité des mets.

Voir aussi :

Mettre les petits plats dans les grands (expression contraire).